A la découverte des ravins de Corboeuf, le Colorado français

Visiter la Haute-Loire, c’est aussi découvrir des sites naturels uniques. Les ravins de Corboeuf se trouvent à 30 minutes du Puy-en-Velay. Ce fragile canyon d’argiles multicolores, classé par le ministère de l’environnement, est parfois surnommé le Colorado français. Il doit cette forme et ses couleurs qui rappellent les Etats-Unis à un immense lac qui se trouvait à cet endroit il y a 40 millions d’années. « Les ravins d’argile que l’ont voit aujourd’hui sont les sédiments qui restent de ce lac », raconte Andrée Ramousse, adjointe au maire de Rosières à France 3.

Une balade permet de découvrir ce trésor caché, profond d’une quarantaine de mètres. Un circuit d’1h10 a été aménagé. Et le parcours n’est pas très difficile. Mais avant de pouvoir contempler ce paysage, il faut prendre la direction de Rosières, une commune située entre Le Puy-en-Velay et Saint-Etienne.

La randonnée autour des ravins de Corboeuf

Je suis parti découvrir les ravins de Corboeuf vers le milieu du mois d’août. L’ancienne gare ferroviaire signale le départ de cette randonnée. J’y apprends que ce chemin était une voie ferrée entre 1890 et 1952. Elle a été fermée à cause du parcours tortueux que le train empruntait entre Lavoûte-sur-Loire et Lavoulte-sur-Rhône.   

Sur les premiers mètres, le parcours est plat. On longe quelques maisons à l’esprit rustique. Le chemin est large. On y croise quelques randonneurs, très peu de voitures et des cyclistes venus rouler sur la Via Fluvia, une voie verte qui relie Lavoute-sur-Loire (Haute-Loire) à Annonay (Ardèche). Par terre, des crottins de cheval m’indiquent que des cavaliers sont passés récemment sur cet itinéraire.

Après avoir emprunté un pont, je tourne à gauche pour prendre la direction des ravins de Corboeuf. Ça commence à grimper. Mais la montée n’est pas raide. D’ailleurs, à ce moment-là, je croise une famille venue découvrir ce site géologique avec des enfants en bas âge. Et personne n’est essoufflé. Puis, au bout de quelques minutes, je peux enfin apercevoir ce trésor caché derrière les arbres. La lumière du soleil illumine ce canyon d’argiles multicolores : du gris, du bleu, un peu de vert et quelques touches de rouge. C’est une jolie variété de couleurs.

Après m’être arrêté quelques minutes pour contempler ce joyau de Haute-Loire, je continue cette ascension à travers les arbres. Le sentier est un peu rocailleux. Je longe une maison dissimulée à l’abri des regards pour arriver à un petit plateau. Cette fois-ci, je peux admirer les ravins de Corboeuf d’un peu plus haut, avec les montagnes en arrière-plan. Le spectacle est encore une fois saisissant. Les couleurs changent en fonction du niveau d’ensoleillement. La nature est si belle, surtout lorsque l’humain n’y ajoute pas sa patte. Ce relief est magique. Chaque crête a l’air différente : parfois à la forme arrondie et d’autres fois à la forme aiguisée.

La fin de cette randonnée est très simple. Il suffit de suivre le chemin qui longe les ravins de Corboeuf. Il nous mène directement au parking. Cette nouvelle balade dans la campagne altiligérienne s’achève au bout d’un peu plus de 2 heures.

ravins de corboeuf

Les informations sur la randonnée pour découvrir les ravins de Corboeuf

  • Durée : J’ai mis un peu plus de 2 heures pour réaliser cette randonnée. Je me suis arrêté de nombreuses dizaines de minutes pour admirer ce site et prendre des photos. A côté du parking, une pancarte indique que le parcours s’effectue en 1h10.
  • Distance : Le parcours fait 3,2 km.
  • Difficulté : Très facile. Cet itinéraire de randonnée est parfaitement balisé. Le début du parcours se fait sur du plat. Puis, la montée n’est pas trop rude. D’ailleurs, comme je l’ai écrit plus haut, j’ai rencontré une famille avec des enfants en bas âge. Et enfin, la fin du parcours s’effectue en descente.
  • Où se garer : Je me suis stationné sur le parking de l’ancienne gare de Rosières. Cette aire de stationnement est indiquée grâce à sa cabane en bois d’information. J’ai croisé quelques voitures garées en bord de route sur le parcours.
  • Quand venir : J’ai réalisé cette randonnée lors du mois d’août. J’ai rencontré moins de 10 personnes car ce site n’est pas encore beaucoup connu. Je te conseille juste de venir un jour de beau temps pour contempler les couleurs de ces falaises d’argile protégées.
Attention : Il est interdit de descendre dans ces ravins fragiles.

Que faire et que voir à moins de 20 km des Ravins de Corboeuf ?

Après avoir découvert les Ravins de Corboeuf, tu peux rester dans le secteur pour visiter d’autres endroits.

  • Tu peux faire un détour au hameau de Chastel pour découvrir un ancien four à pain, un lavoir, une maison de la béate, un puits ou encore un four banal.
  • Le moulin du pinard se trouve à Saint-Julien-du-Pinet. Ce site présente un moulin paysan à blé du XIXe siècle et la reconstitution de l’ancienne voie ferrée La Galoche.
  • Le château de Lavoûte-Polignac surplombe la Loire. Des visites guidées sont proposées pour découvrir cet édifice des XIIIe et XIVe siècles situé à Lavoûte-sur-Loire. On y découvre des portraits de Louis XIV et du Régent, une immense table dans la salle à manger ou encore la chambre du cardinal. A noter qu’une lettre signée par  Marie-Antoinette fait partie de la visite. Plein tarif : 8 €.
  • A Saint-Paulien, tu pourras visiter le musée archéologique Michel Pomarat. Il présente des objets datant de la période gallo-romaine qui ont été trouvés sur ce territoire. Plein tarif : 4€. Tu pourras continuer ta visite en prenant la direction du château de la Rochelambert qui abrite une collection d’œuvres d’art privée. Plein tarif : 7€. Tu pourras finir ta journée en faisant de l’accrobranche au Canopy en Forêt.
  • Le Puy-en-Velay se trouve à seulement 18 km. Comme je l’ai écrit dans mon article intitulé visiter le Puy-en-Velay en 1 jour, tu pourras monter voir la statue Notre-Dame de France, entrer dans la cathédrale Notre-Dame-du Puy-en-Velay, élue en 2015 2e monument préféré des Français. Tu pourras aussi partir découvrir la chapelle Saint-Michel d’Aiguilhe, le musée Crozatier ou encore le musée du Camino, dédié aux chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.
  • Tu peux aussi prendre la direction de Retournac. Tu pourras découvrir les ruines du château d’Artias, l’un des plus anciens châteaux du Velay. Surplombant la Loire, la vue depuis cet édifice est magnifique. Tu pourras aussi entrer dans le musée des manufactures de dentelles. qui raconte l’histoire européenne de la dentelle, entre ses origines jusqu’à la fin des années 1990. Je t’en parle dans mon article consacré au voyage le long de la Loire entre Retournac et Saint-Just-Saint-Rambert.

Et si tu souhaites réaliser d’autres randonnées en Haute-Loire, tu peux partir sur le mont Mézenc, le plus haut sommet du département. Sinon, j’ai écrit un autre article sur une randonnée au Pays des Sucs pour monter sur le Pic du Lizieux. Enfin, si tu souhaites découvrir un autre site surnommé le Colorado français, tu peux prendre la direction de Rustrel, situé près d’Avignon.

7 réflexions sur “A la découverte des ravins de Corboeuf, le Colorado français

  1. rebbit7

    Trop jolie! Incroyable que Corboeuf ne soit pas trop loin du Puy-en-Velay, et dans la région où j’ai habité en France pendant deux ans…Je suis allée au Colorado et il est chouette de voir un terrain similaire à travers de l’Atlantique. Merci pour le bel article!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s