Une randonnée au Pays des Sucs pour monter sur le Pic du Lizieux

Fleuves, lacs, rivières, plateaux, sommets… La Haute-Loire est un paradis pour ceux qui aiment la nature. Ce département français situé dans la région Auvergne-Rhône-Alpes est aussi un lieu idéal pour les randonneurs. Les itinéraires de randonnées sont adaptés à tout le monde : des longues, des courtes, des faciles ou des difficiles. Après avoir visité Le Puy-en-Velay en 1 jour, tu peux profiter d’un séjour en Haute-Loire pour réaliser une randonnée. Mais laquelle choisir ? Le sentier de Bonas est ma préférée. On peut réaliser cette randonnée au Pays des Sucs en 1h30 et la vue au sommet du Pic du Lizieux, à 1.388 mètres d’altitude, est sublime. Certaines parties du parcours peuvent paraître difficiles ; mais le sentier de Bonas est accessible à tout le monde, même aux moins sportifs.

Une randonnée au Pays des Sucs : le sentier de Bonas

Je suis parti faire une randonnée au Pays des Sucs début juillet. Ce jour-là, je cherchais une petite rando à faire en Haute-Loire. Après plusieurs recherches, j’ai opté pour aller en direction du Pays des Sucs et plus précisément au Pic du Lizieux, un ancien volcan. A 1.388 mètres d’altitude, je pourrais prendre un petit bol d’air frais. Et je n’ai pas été déçu.

En arrivant de Saint-Etienne ou du Puy-en-Velay, il faut prendre la direction d’Araules. Pour réaliser cette randonnée, je me suis stationné au parking de Chièze, situé à côté du village de Montbuzat. Encore faut-il le trouver… Je n’ai vu aucune indication pour y arriver. Heureusement que j’avais mon téléphone portable et une bonne connexion Internet. On y accède en traversant le village de Montbuzat, en direction du Nord, depuis la D47. A 450 mètres après la sortie du village, il y a un carrefour. Il faut prendre la première à droite puis la route qui part à gauche et on arrive enfin au parking de Chièze.

Le sentier de Bonas, Pic du Lizieux

Le début de la randonnée sur le Pic du Lizieux est assez facile. Pour m’orienter, j’ai utilisé ce tracé. Pour commencer, on emprunte un sentier caillouteux qui monte légèrement, avant de s’enfoncer dans les bois. Puis, on redescend vers Majal. Là, on remonte dans les bois, avant de commencer la « réelle » ascension : sur 1 km, on passe de 1214 mètres d’altitude à 1388 mètres d’altitude. Et oui, ça grimpe un peu, mais le dénivelé est très correct et le chemin serpentant. Plusieurs fois, on peut s’asseoir sur des roches. D’ailleurs, il est recommandé de ne pas s’écarter du chemin. Petit à petit, les arbres sont de moins en moins nombreux. Des blocs de roche les remplacent. Le contraste est saisissant. Les derniers mètres avant d’atteindre le sommet sont, pour moi, les plus compliqués. Le sol est recouvert de roches magmatiques volcaniques qui roulent sous les chaussures. Il faut donc faire attention de ne pas glisser (c’est pour cela qu’il faut avoir des chaussures adaptées et ne pas faire des randonnées en baskets de ville, ballerines ou même en tongs).

Et en levant la tête, je me dis que j’ai de la chance de pouvoir profiter de ce panorama. Le spectacle est saisissant. C’est le meilleur endroit pour contempler les sucs yssingelais, ces volcans endormis. Je reste de longs instants devant la table d’orientation pour connaître les alentours. Au Nord, on devine les Monts du Forez et le Parc naturel du Pilat (dans lequel je t’emmène faire une randonnée à la découverte des Crêts du Pilat). Au Sud, on aperçoit les Monts du Vivarais et à l’Est, on peut voir jusqu’à la chaîne des Alpes. Pendant près de 30 minutes, j’admire cette vue. J’avoue : je ne comprends toujours pas les randonneurs qui s’embêtent à monter pendant plus d’une heure pour y prendre deux ou trois photos et redescendent quelques secondes plus tard…

Après avoir fait le plein d’énergie et surtout de photos, c’est l’heure de redescendre. La descente s’effectue de l’autre côté du sommet. Les arbres remplacent petit à petit les blocs de roche. Il me faut à peine 30 minutes pour retrouver ma voiture. Pleinement satisfait de cette randonnée aux paysages atypiques, il me faut reprendre la route en direction de Saint-Etienne. En tout, j’ai mis 1h50 pour réaliser cette randonnée au Pays des Sucs.

Quelques informations sur la randonnée pour monter sur le Pic du Lizieux

  • Durée : 1h50 (mais je suis resté près de 30 minutes au sommet du Pic du Lizieux).
  • Distance : Le sentier de Bonas est long de 4,4 km.
  • Difficulté : Assez facile. La principale difficulté de cette randonnée est de ne pas se perdre. Je trouve qu’elle manque encore de balisage, même si on retombe toujours sur nos pattes. Sinon, il faut faire attention où l’on met les pieds lorsque l’on arrive au sommet. Les petits bouts de roches pourraient te faire trébucher. Il faut prendre des chaussures de marche adaptées et penser à bien s’hydrater.
  • Où se garer : Je me suis stationné au parking de Chièze. Il est assez difficile à trouver si tu ne l’as pas cherché préalablement.
  • Quand venir : J’ai réalisé cette randonnée début juillet et je n’ai croisé absolument personne. J’ai profité des températures d’été pour monter en altitude et prendre un bol d’air frais. Je te conseille de partir en randonnée entre avril et septembre. La plus grande partie de cette randonnée s’effectue à l’ombre des arbres. Et autre avantage : la Haute-Loire ne fait pas partie des départements les plus touristiques de France. Donc il y a de fortes chances que tu ne croises pas grand monde sur le parcours.

Il existe un autre parcours de randonnée pour atteindre le sommet du Pic du Lizieux : la randonnée Le circuit du Lizieux qui commence à l’église Saint-Voy. Elle est longue de 13,5 km pour environ 4h de marche.

DSC_0173

Quelles sont les autres activités à faire au Pays des Sucs ?

Le Pic du Lizieux se trouve dans le Pays des Sucs. Mais au fait, c’est quoi un Suc ? Comme l’explique l’office de tourisme des Sucs, « c’est une montagne en forme de cône ou de dôme provoqué par des éruptions phonolitiques ». En clair, c’est un phénomène assez unique en Europe. Pour l’anecdote, le Pic du Lizieux existerait depuis 12,5 millions d’années.

Le Pays des Sucs est notamment réputé pour son air sain. En tout, 9 communes se trouvent dans cette partie de la Haute-Loire : Araules (dont le point culminant est le Pic du Lizieux), Beaux, Bessamorel, Grazac, Lapte, Retournac (ville que je te fais découvrir dans mon article intitulé Voyage le long de la Loire entre Retournac et Saint-Just-Saint-Rambert), Saint-Julien-du-Pinet, Saint-Maurice-de-Lignon et Yssingeaux. Et maintenant tu te poses une question : que faire au Pays des Sucs (à part monter sur le Pic du Lizieux) ?

Grâce à une nature assez diversifiée, tu as le choix. Tu peux, bien sûr, faire d’autres randonnées au Suc de Saussac, au Suc des Ollières, dans les Gorges du Lignon ou en bord de Loire. Sinon, à Retournac, tu peux faire du canoë sur la Loire. Au barrage de Lavalette, situé à Lapte, de nombreuses activités nautiques sont proposées : paddle, aviron, voile… Côté visite, à Grazac, tu peux découvrir un Prieuré clunisien. A Lapte, tu peux entrer dans l’église Saint-Jean et monter au-dessus du beffroi pour contempler les alentours. A Saint-Julien-du-Pinet, la chapelle de Glavenas est le seul vestige d’un château datant du XIIe siècle. Et tu peux aussi partir découvrir les ruines du château d’Artias, à Retournac, mentionné dès le Xème siècle. Toujours à Retournac, tu peux visiter le musée des manufactures de dentelles. Tu peux également assister à des festivals (bon cette année, ce ne sera pas possible et tu connais la raison) : le Festival du Rire (en octobre 2019, Ben, Arnaud Tsamère et Laurent Baffie étaient les têtes d’affiche), le Festival Folklorique International, le Festival des 7 lunes ou encore le Festival Sucs en Scène. Et côté gastronomie, tu peux savourer la brioche d’Yssingeaux, un mélange de farine, beurre, œufs et fleur d’oranger (c’est succulent).

Le château d'Artias, Retournac
Le château d’Artias, Retournac

Et sinon, que faire après avoir visité le Pays des Sucs ? Plus à l’Est, tu peux entrer dans le lieu de mémoire du Chambon-sur-Lignon (plein tarif : 5€). Ce lieu est consacré aux Justes qui ont sauvé de nombreux juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Le musée est assez petit et la visite rapide vaut, tout de même, le coût. A Raucoules, tu peux monter dans un train à vapeur. Le Velay-Express parcourt 27 km et l’itinéraire comprend 4 gares : Raucoules, Tence, Le Chambon-sur-Lignon et Saint-Agrève. Entre collines et vallées, tu pourras t’asseoir dans des wagons de la belle époque. Au Nord, tu pourras visiter le département de la Loire. Au Sud, la Lauzière du lac Bleu est un lieu très photogénique et à l’Ouest, tu pourras visiter le Puy-en-Velay.

Ainsi, comme tu peux le voir, partir en vacances dans le Pays des Sucs permet de renouer avec la nature et de contempler de superbes paysages. Tu peux randonner en Haute-Loire, savourer des spécialités et prendre un vrai bol d’air frais (notamment au Pic du Lizieux). L’hiver, tu pourras également partir à la station de ski des Estables. Bref, tu auras largement de quoi t’occuper pendant ton séjour en Haute-Loire.

4 réflexions sur “Une randonnée au Pays des Sucs pour monter sur le Pic du Lizieux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s