Une randonnée à la découverte des Crêts du Pilat

Depuis maintenant 3 ans, je vis à Saint-Etienne (dans un précédent article, je t’expliquais comment visiter Saint-Etienne gratuitement). J’ai donc de la chance de pouvoir faire des randonnées, fréquemment. En plus des Gorges de la Loire, j’aime partir randonner dans le Pilat, un parc naturel qui se trouve au sud de la ville, situé principalement dans le département de la Loire, avec une partie qui se trouve dans le Rhône. Créé en 1974, il s’étend sur 700 km² et relie 47 communes.

Le Parc naturel régional du Pilat fait partie des 10 parcs de la région Auvergne-Rhône-Alpes. L’endroit offre une virée au grand air avec près de 1.500 km de sentiers pédestres. J’aime ce coin pour le calme que l’on trouve, la beauté des paysages et les villages que l’on peut visiter. Et parmi mes randonnées préférées : le sentier des Crêts du Pilat. Je te propose de la découvrir.

Crêts du Pilat : du Crêt de la Perdrix au Crêt de l’Œillon

J’ai profité des belles températures de juin et d’un temps ensoleillé pour réaliser la randonnée à la découverte des Crêts du Pilat. A plus de 1.000 mètres d’altitude, j’ai eu des températures clémentes. Je me suis garé sur le petit parking situé à côté de la Jasserie. Pour l’anecdote, ce bâtiment a servi pendant plusieurs siècles d’hébergement pour les voyageurs de passage et parmi ses hôtes les plus célèbres, on peut citer Jean-Jacques Rousseau (qui n’a pas du tout apprécié son séjour dans le Pilat).

En venant de Saint-Etienne, il suffit de prendre la route qui traverse Le Bessat. Puis, après avoir passé le Col de la Croix de Chaubouret, il faut emprunter la première route à gauche et suivre le Crêt de la Perdrix. Ensuite, il faut continuer sur cette départementale pendant 6 km pour arriver au parking. De toute façon, le reste de la route est fermé, donc tu ne pourras pas aller plus loin.

Crêt de l'Oeillon au Crêt de la Perdrix

Une fois garé, ça grimpe d’entrée (en pente plutôt douce). Il faut suivre le chemin qui monte jusqu’au Crêt de la Perdrix, situé après la Jasserie. Lors des premières minutes, il n’y a aucun coin d’ombre. Malgré cet effort, on profite du calme des alentours. Au bout de 20 minutes, le premier arrêt est le Crêt de la Perdrix, le point culminant du Pilat à 1432 mètres d’altitude. L’endroit est reconnaissable pour le socle de la table d’orientation et pour les chirats, formé grâce au gel puis au dégel du Quaternaire qui fait exploser la roche, également connus dans les Appalaches (Etats-Unis). Lorsque je me suis arrêté quelques minutes pour prendre des photos, j’ai senti une brise de vent me toucher le visage. Ça fait du bien de ressentir de l’air frais et d’admirer ce panorama fabuleux. La vue s’étend jusqu’à la chaîne des Alpes. Au sud, on devine les montagnes de l’Ardèche. A l’Ouest, on aperçoit le Massif Central et au Nord, les monts du Forez et du Lyonnais.

Le prochain arrêt est le Crêt de la Chèvre, situé à 1429 mètres d’altitude. Pour y aller, on emprunte un petit sentier serpentant dans la végétation, à l’ombre des hêtraies. Là-encore la vue est magnifique. Puis, après être revenu sur nos pas, on peut aller jusqu’au Crêt de l’Arnica. Ici le panorama est dirigé sur le Massif Central. Le prochain arrêt sera le Crêt de l’Etançon, au nord-est. Cette fois, le parcours entre les deux Crêts est un peu plus long, mais des indications se trouvent tout au long de cette randonnée. Compte environ 30 minutes pour l’atteindre. Puis, en continuant, tu peux t’arrêter au Crêt du rachat, surmonté par un pylône. Là encore, tu peux admirer la vue et contempler les Chirats.

Puis, tu peux continuer cette randonnée et redescendre en direction du Crêt de Botte et suivre le chemin pour arriver jusqu’au Crêt de l’Œillon. Pour atteindre la table d’orientation, il suffit de longer le centre émetteur du mont Pilat. Et la vue est, encore une fois, sublime. A 1.364 mètres d’altitude, on profite d’une vue plongeante sur la vallée du Rhône. On peut également contempler le pic des Trois Dents, l’un des emblèmes du Pilat. Au loin, en cas de beau temps, on peut apercevoir le mont Blanc. Le Crêt de l’Œillon est l’endroit où je me suis le plus longtemps arrêté. J’en ai profité pour me ravitailler et pour respirer le bon air frais. Pour l’anecdote, le Crêt de l’Œillon est réputé pour la pureté de son air.

Après avoir fait le plein d’énergie et de photos, l’heure de redescendre a sonné. Il suffit de prendre le même chemin en sens inverse jusqu’au Crêt de Botte, puis de prendre le sentier qui part sur la droite. Le chemin jusqu’à La Jasserie est bien indiqué. Pendant environ 40 minutes, on traverse de belles hêtraies et des pâturages, on passe à côté de landes à myrtilles et de chirats, on s’arrête devant une mini-cascade.

Quelques informations sur la randonnée à la découverte des Crêts du Pilat

  • Durée : J’ai mis un peu moins de 3 heures pour réaliser cette randonnée. Lors du retour, j’ai été, bien plus rapide, qu’à l’aller car je ne suis pas passé par le même chemin.
  • Distance : Environ 8 km.
  • Difficulté : Assez simple. Cette randonnée est à la portée de tous (pas besoin d’être ultra-sportif), même si certaines parties peuvent paraître un peu glissantes (surtout sur le Crêt de la Perdrix). La principale difficulté est la montée au début du parcours. Mais, même cette grimpette se fait sur une pente douce. C’est pour cette raison que j’ai trouvé cette randonnée pédestre assez simple.
  • Où se garer : Je me suis stationné à côté de La Jasserie. Le parking est assez petit, c’est pour cette raison que je te conseille de réaliser cette randonnée le matin ou en dehors des vacances scolaires. Tu peux également te garer 1 ou 2 km avant la Jasserie. Mais là encore, les parkings ne sont pas grands.
  • Quand venir : En été, je te conseille de venir de bonne heure, pour ne pas trop souffrir de la chaleur mais également car cette randonnée est assez fréquentée. Certaines parties de cette randonnée pédestre ne sont pas abritées. Je te déconseille donc de la réaliser en plein après-midi durant le mois de juillet. En plein hiver, le Pilat est enneigé. Il est donc également déconseillé de faire cette randonnée lors de la période hivernale. La saison idéale pour effectuer cette randonnée est lors du printemps ou en septembre.

DSC_0101

Sinon, que peut-on faire dans le Pilat ?

Dans le Parc naturel régional du Pilat, plus de 2.700 km de sentiers sont consacrés à la randonnée. En clair, tu as le choix. Les sentiers sont balisés et les indications sont nombreuses tout au long des parcours. Il est donc assez difficile de se perdre. Pour t’aider à faire ta sélection, l’office de tourisme du Pilat a publié un top 5 des randonnées à faire. On trouve le sentier des Crêts du Pilat (dont je te parle dans cet article), le chemin de Volcan à Malleval (4 km de randonnée), le sentier du Crêt de Chaussître (12 km de randonnée), le sentier de l’Arbuel à Condrieu (6 km de randonnée) et le Sentier du saut du Gier (3 km de randonnée).

Le Bessat

Mais le Pilat, ce n’est pas que de la randonnée. On peut aussi parcourir ce parc naturel régional à vélo (en VTT ou vélo de route), découvrir la cani-rando ou faire un vol en parapente biplace. Et en hiver, on peut y faire du ski de fond, des raquettes et de la luge. Tout au long de l’année, les enfants peuvent connaître les secrets de fabrication des berlingots dans les ateliers des Bonbons de Julien, à Bourg-Argental. Et les parents peuvent savourer plusieurs vins de la vallée du Rhône septentrionale (AOC Condrieu, AOC Côte-Rôtie, AOC Saint-Joseph). Côté gastronomie, tu peux goûter à plusieurs fromages locaux : la Rigotte de Condrieu (fromage de chèvre au lait cru), la bûche du Pilat (fromage au lait pasteurisé de vache) et le Pavé d’Affinois (fromage au lait de brebis, de vache, ou de chèvre).

Neige, parc naturel régional du Pilat

DSC_0526

Le Parc naturel régional du Pilat, c’est aussi quelques charmants villages. Rochetaillée culmine à 1.120 mètres d’altitude. Et du haut des vestiges de l’ancien château, on a une très belle vue sur le Furan et les alentours. Au Guizay, tu profiteras d’une vue panoramique sur Saint-Etienne. Le belvédère de Malleval vaut également le détour pour profiter d’une jolie vue sur le village de Malleval. Tu peux flâner dans les rues de Sainte-Croix-en-Jarez, qui fait partie des plus beaux villages de France. Lorsque je me rends dans le Pilat, j’aime aussi aller du côté du barrage du Gouffre d’Enfer pour y réaliser une randonnée. A noter qu’une via Ferrata se trouve également dans ce très beau site.


DSC_0487
Malleval

Dans le Pilat, tu peux aussi visiter un musée gallo-romain à Saint-Romain-en-Gal (je t’en parle dans mon article dédié aux sites gallo-romains à voir en France) et découvrir le tissage des rubans dans le musée de la Passementerie à Jonzieux. Et parmi les autres activités à faire, tu peux aller au plus grand parc d’accrobranche de la région, l’Acrobois à La Versanne. Bref, tu n’auras pas le temps de t’ennuyer si tu fais un voyage dans le Parc naturel régional du Pilat.

6 réflexions sur “Une randonnée à la découverte des Crêts du Pilat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s