Un voyage dans quatre châteaux de la Loire

Les châteaux de la Loire sont connus dans le monde entier. Plus d’une centaine d’édifices se visitent. Mais, il n’est jamais facile de faire sa sélection. Alors comment j’ai effectué mon choix ? J’ai opté pour le château de Chenonceau car pour moi, c’est le plus beau château de la Loire ; le château d’Amboise car je souhaitais visiter une ancienne résidence des rois de France ; le château de Chambord car c’est le plus grand château de la Loire et le château de Cheverny car lorsque j’étais petit, j’étais fan de Tintin.

Le château de Chenonceau, le plus beau château de la Loire

Selon moi, le château de Chenonceau est le plus beau château de la Loire. Véritable joyau de la Renaissance, ses arches enjambent le Cher avec volupté et sa façade, due à la pierre blanche de tuffeau, s’harmonise parfaitement avec les alentours. Aussi surnommé le château des Dames, l’histoire de cet édifice a été, notamment, marquée par cinq femmes : Diane de Poitiers, Gabrielle d’Estrées, Louise de Lorraine, Louise Dupin et Catherine de Médicis. Elles l’ont protégé, embelli, restauré…

Le château date de 1531. C’est Katherine Briçonnet qui le fait bâtir, à l’emplacement d’une ancienne forteresse médiévale. Puis, cet édifice devient la propriété du roi François Ier. Son successeur, Henri II le donne à sa maîtresse, Diane de Poitiers. Elle va créer de sublimes jardins. Catherine de Médicis récupère le château et va imaginer les galeries au-dessus du Cher (elle s’inspire du Ponte Vecchio de Florence). Elle va aussi concevoir son propre jardin et bâtir le bâtiment des Dômes et la Chancellerie. Puis, Louise de Lorraine se retire au château de Chenonceau, à la mort de son époux, le roi Henri III (le fils de Catherine de Médicis). Elle en fait un lieu de recueillement. A la révolution, Louise Dupin va sauver l’édifice face aux révolutionnaires. D’ailleurs, sa tombe se trouve toujours dans le parc du château. Au XIXe siècle, madame Pelouze va acquérir cette demeure et l’embellir, avant qu’un scandale financier n’entraîne sa ruine, puis la famille Terry et par la suite les Menier vont l’acheter. Pendant la Première Guerre mondiale, le monument est transformé en hôpital militaire, et, lors de la Seconde Guerre mondiale, la grande galerie devient le seul accès vers la zone libre et la famille Menier facilite le passage clandestin vers la zone libre. Les Menier sont toujours les propriétaires de ce lieu.

Lors de ma visite, je suis tombé sous le charme des intérieurs joliment décorés et de cette silhouette qui enjambe le Cher. Très bien entretenu, l’édifice m’a aussi conquis grâce à ces jardins fleuris, ses collections d’art et ses pièces parfaitement conservées. On déambule de pièces en pièces, et on ne peut qu’apprécier le parcours de cette visite. Presque chaque salle nous entraîne dans l’histoire de ce château. La chambre de Louise de Lorraine reflète le deuil de la femme d’Henri III. Lorsque l’on entre dans la galerie, on imagine facilement les grandes fêtes de la cour. Dans la boucherie, on aperçoit encore des crochets permettant de suspendre le gibier et les billots pour le dépecer. Dans le salon François Ier, on peut contempler des portraits du roi Louis XV, de la Princesse de Rohan ou encore de Philippe V, roi d’Espagne. Au cours de la visite, on peut également découvrir la galerie des attelages, présentant des voitures hippomobiles nobles et rurales. On peut aussi déambuler dans le labyrinthe italien, souhaité par Catherine de Médicis. En son centre, on peut monter sur une gloriette afin d’avoir une vue sur l’ensemble du labyrinthe.

Infos pratiques : du 19 décembre au 5 janvier, de 9h30 à 17h30 ; du 6 janvier au 3 avril et du 2 novembre au 18 décembre, de 9h30 à 16h30 ; du 4 avril au 29 mai et du 28 septembre au 1er novembre, de 9h à 17h30 ; du 30 mai au 3 juillet, de 9h à 18h ; du 4 juillet au 21 août, de 9h à 19h30 ; du 22 août au 27 septembre, de 9h à 18h30. Tarif : 15€.

Le château de Chambord, le plus grand château de la Loire

Le château de Chambord fait partie des châteaux français les plus connus dans le monde. En 2019, pour les 500 ans de sa construction, un long-métrage est sorti en France. Le synopsis : le film fait se côtoyer deux univers ; d’un côté, l’édifice, abrégé de l’industrie humaine, témoin séculaire de la grande Histoire et de l’autre, tout un microcosme animal qui déroule la petite histoire de la vie entre rivière, forêt et lande. Voici la bande-annonce :

L’histoire du château de Chambord commence au Xe siècle. A cette époque, ce n’était qu’un château fort bâti pour accueillir les Comtes de Blois. Par la suite, l’édifice va être rattaché à la maison de Châtillon puis aux Ducs d’Orléans. En 1498, Louis d’Orléans devient Louis XII et l’édifice est ainsi rattaché à la couronne de France. Son successeur, François Ier va ensuite ordonner la construction d’un château. Il mourra avant la fin des travaux et n’y passera que 72 nuits. D’ailleurs, on ne connaît pas l’architecte ayant dessiné ce monument, même si une partie de ce travail a été influencée par Léonard de Vinci. Les premiers coups de pelle sont donnés en 1519. Le chantier est interrompu entre 1525 et 1526 car François Ier est emprisonné à Madrid. Cela simplifiera le projet de départ. En 1547, François Ier décède. Les travaux vont s’achever lors des règnes d’Henri II et de Charles IX. Mais, les rois de France abandonnent petit à petit ce château. Louis XIII le léguera à Gaston d’Orléans, au XVIIe siècle. Ce dernier le restaure entre 1639 et 1642. Par la suite, ce château est la demeure de Stanislas Leszczynski, le roi de Pologne en exil puis du Maréchal Maurice de Saxe, qui y fait bâtir des casernes. Il faut attendre le 13 avril 1930 pour que l’Etat français rachète cette demeure. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le château de Chambord est choisi pour mettre à l’abri quantité de pièces d’art des collections françaises. En 1981, le Domaine national de Chambord est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. En 2016, les parterres nord et la cour royale du château sont inondés. Des travaux ont lieu, par la suite, pour restituer les jardins à la française. Ils se terminent en mars 2017.

J’ai pris du plaisir à visiter le château de Chambord. L’édifice en lui-même est beau. On apprécie se perdre dans ce dédale de pièces. D’ailleurs, les chiffres sont assez impressionnants : 426 pièces, 282 cheminées, 83 escaliers… Bref, on a la place pour marcher et apprécier les lieux. Et, il n’y a pas de sens de visite. L’escalier à double révolution fait partie des curiosités de ce château : on peut monter chacun de son côté, sans jamais se rencontrer. Sinon, on prend aussi le temps d’admirer les nombreuses œuvres que dissimule le château de Chambord. Les salons des différentes époques nous permettent de remonter le temps. Et pour faire un voyage au temps de François Ier, on peut choisir l’HistoPad Chambord qui permet de reconstituer la salle d’audience du roi ou encore la chambre aménagée pour Charles Quint. A noter qu’un film de 20 minutes, diffusé au rez-de-chaussée, nous présente également l’histoire de cette bâtisse. Autour du château de Chambord, on apprécie de déambuler dans l’immensité de ses jardins à la française en 2017. A l’arrivée des beaux jours, on peut découvrir Chambord au fil de l’eau, en louant un bateau ; en se baladant à vélo au cœur du domaine ou en partant sur les 23 kilomètres de sentiers pédestres accessibles.

Infos pratiques : du 2 janvier au 27 mars, de 9h à 17h ; du 28 mars au 25 octobre, de 9h à 18h ; du 26 octobre au 31 décembre , de 9h à 17h. Tarif : parking : 4€ ou 6€ ; entrée : 14,50€.

Le château d’Amboise, un ancien édifice royal

Grâce à sa situation presque idéale, sur un promontoire, le château d’Amboise se dresse pour mieux nous impressionner. Cet édifice a été négligé pendant plusieurs siècles, mais son histoire est étroitement liée à celle de la France.

Le premier château, dont on ne connaît rien, semble dater du VIe siècle. Mais, c’est surtout, au XV-XVIe siècle que l’histoire du château d’Amboise commence. Il est rattaché à la couronne de France dès la première moitié du XVe siècle. Et le roi Charles VIII va marquer l’histoire de ce château : il ordonne la construction de deux logis d’apparat, d’une chapelle et de deux tours cavalières. Mais, il meurt en 1498, tué par une porte. Son successeur, François Ier poursuit les travaux et fait achever la tour Heurtault. Il invite aussi Léonard de Vinci, dont les obsèques se dérouleront dans cette bâtisse. Par la suite, les rois continuent d’entretenir le château d’Amboise, puis, dès Henri II, les séjours se font de plus en plus rares, voire quasi inexistants. Au cours du XVIIe siècle, le château se transforme en prison et accueille notamment Nicolas Fouquet. Puis, cet édifice devient la propriété du Duc de Choiseul au XVIIIe siècle. A sa mort, le château d’Amboise est racheté par la Couronne, puis cédé à Louis-Jean-Marie de Bourbon, en 1786. Et lors de la Révolution, le domaine est confisqué par les autorités. Une partie de l’édifice est démolie lors du premier Empire, lorsque Roger Ducos, nouveau propriétaire des lieux n’avait pas assez de moyens pour restaurer le château et préféra détruire plusieurs bâtiments. Par la suite, Louis-Philippe Ier hérite du château par le biais de sa mère. Mais, le domaine est une nouvelle fois confisqué lors de la Révolution de 1848, avant que la chute du Second Empire marque le retour de ce château dans la famille des Orléans.

Bien entretenu, le château d’Amboise fait partie de mes coups de cœur parmi les châteaux de la Loire. La vue sur la Loire est grandiose et la chapelle dans laquelle repose Léonard de Vinci est intime. La visite avec tablette (sans supplément de prix) permet d’être immergée dans l’histoire de ce château, de découvrir des bâtiments démolis, de voir l’aménagement intérieur au fil des siècles… Et, on se plaît à déambuler dans les différentes salles de ce château.

Infos pratiques : la première semaine complète de janvier jusqu’au 31 janvier, de 9h à 12h30 et de 14h à 16h45 ; en février, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h ; en mars, de 9h à 17h30, d’avril à juin, de 9h à 18h30 ; juillet et août, de 9h à 19h; de septembre au 1er novembre, de 9h à 18h ; du 2 novembre au 15 novembre, 9h à 17h30 ; du 16 novembre au 24 décembre, de 9h à 12h30 et de 14h à 16h45 ; du 26 décembre à la première semaine complète de janvier, de 9h à 16h45. Tarif : 13,10€.

Le château de Cheverny, un voyage dans le monde de Tintin

Les fans de Tintin, reconnaîtront rapidement le château de Cheverny. C’est cet édifice qui a inspiré Hergé pour créer le château de Moulinsart, propriété du Capitaine Haddock. Mais, on ne sait pas pour quelles raisons le créateur de Tintin a choisi ce château pour représenter Moulinsart.

Ce qui est sûr, c’est que lorsque la famille Hurault bâtit le château au XVIIe siècle, elle ne se doutait pas du destin de cet édifice. Le siècle suivant, la demeure change plusieurs fois de propriétaire. Puis, en 1825, Anne-Victor Hurault achète la propriété de ses ancêtres. L’édifice est encore aujourd’hui propriété de cette famille. 1922 est une année importante pour cette demeure : c’est le premier château à être ouvert au public. Et depuis 2001, une exposition sur les aventures de Tintin est proposée.

La visite du château de Cheverny est agréable. L’intérieur est richement décoré et le jardin bien entretenu. Dans le grand salon, on peut admirer des portraits et des tapisseries. On s’arrête dans la chambre du roi, dans laquelle a dormi Henri IV. On marche sur l’escalier d’honneur sur lequel le Capitaine Haddock avait chuté. D’ailleurs, l’exposition sur les aventures de Tintin vaut également le coup d’œil pour mieux connaître les aventures du reporter. Côté insolite : on peut assister au repas des chiens, à 11h30. Des promenades en bateau et voiture électrique sont aussi proposées aux beaux jours.

Infos pratiques : du 1er janvier au 31 mars et du 1er octobre au 31 décembre, de 10h à 17h ; du 1er avril au 30 septembre, de 9h15 à 18h30. Tarif : 12,50€ (visite du Château et des jardins), 17€ (visite du Château et des jardins + Les secrets de Moulinsart).

Bon plan : les Pass châteaux

Les Pass châteaux permettent de visiter plusieurs châteaux de la Loire à moindre coût. De 3 à 11 édifices, ils sont assemblés selon des thématiques variées. Ainsi, le Pass châteaux de Blois, de Chambord et de Cheverny coûtent 35€ et le Pass châteaux d’Amboise, du Clos Lucé et de Chenonceau vaut 41,50€. Le Pass châteaux de Blois (château & Son et Lumière, de Chambord et de Cheverny est au prix de 43€ et celui comprenant les châteaux de Chambord, de Cheverny, de Beauregard et de Villesavin s’élève à 43,50€. Bien sûr, prendre un Pass n’est pas forcément intéressant selon les sites que vous souhaitez visiter, comme je vous l’expliquais dans mon article consacré aux pass à New York.

8 réflexions sur “Un voyage dans quatre châteaux de la Loire

  1. jacques

    Les châteaux de La Loire à visiter avec grand plaisir. Patrimoine culturel français. Excellent dépaysement en ce temps où le printemps reverdit! Article très bien documenté; bravo!

    J'aime

  2. Salut merci pour ton article 🙂 je prépare également un article sur mon TOP 5 des châteaux de la Loire. Et je suis bien d’accord avec toi pour dire que Chenonceau reste le plus beau de tous à mes yeux également. Je note que la château de Cheverny dans un coin de ma tête pour une prochaine visite 😉

    J'aime

  3. Fan de voyage, ces conseils sont top pour visiter nos chateaux en France (en particulier ceux de la Loire) je trouve votre blog vraiment génial et plein d’infos utiles sur cette destination.
    Merci pour le partage.
    La Rando

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s