Conduire en Italie : tout ce qu’il faut savoir

Les Italiens ont la réputation d’être parmi les pires conducteurs en Europe. Et c’est vrai que lorsque l’on conduit en Italie, on se rend vite compte qu’il faut faire encore plus attention qu’en France. Feu rouge grillé, non-respect des priorités, non-respect des limitations de vitesse… Je ne compte plus le nombre de fois où les conducteurs italiens ne respectaient pas le code de la route. Voici ce qu’il faut savoir pour conduire en Italie.

Quel permis pour conduire en Italie ?

Pour conduire en Italie (sa voiture personnelle ou en louant une voiture), on doit être titulaire d’un permis de conduire français. Ainsi, pas besoin de se procurer le permis international. Et comme en France, l’âge minimum pour conduire est de 18 ans.

DSC_0559

Le code de la route en Italie

Le minimum à savoir

Conduire en Italie ou conduire en France n’est pas si différent. Il faut avoir sur soi :

  • Un permis de conduire
  • Une carte grise
  • La carte verte de l’assurance

Même si parfois, on peut penser qu’il n’existe pas de code de la route, on se trompe. Il en existe bien un ! En Italie, on roule à droite. Il faut laisser la priorité à droite et dans le rond-point, la priorité est au véhicule qui circule à l’intérieur. Il faut toujours laisser la priorité aux piétons, aux tramways et aux véhicules de secours. L’utilisation des ceintures de sécurité est obligatoire. Et sur les motos et scooter, le port du casque est obligatoire. Enfin, les feux diurnes sont obligatoires sur les autoroutes et hors agglomération 24h/24.

Les limitations

Les limitations sur les routes italiennes ne sont pas très différentes par rapport aux routes françaises. En ville, il ne faut pas dépasser les 50 km/h et dans certaines zones les 30 km/h. Hors agglomération, c’est 90 km/heure maximum, 110 km/heure sur les voies rapides et 130 km/heure sur l’autoroute (en cas de pluie, il faut enlever 20 km/heure).

Concernant les amendes pour excès de vitesse, les contraventions dépendent des heures et de la vitesse. Et comme en France, des radars automatiques se trouvent sur les bords des routes italiennes.

Rouler en Italie

Entre 7 heures et 22 heures Entre 22 heures et 7 heures
Excès de vitesse inférieur à 10 km/h Entre 41€ et 168€ Entre 41€ et 169€
Excès de vitesse supérieur à 10 km/h et inférieur à 40 km/h Entre 168€ et 674€ Entre 169€ et 679€
Excès de vitesse supérieur à 40 km/h et inférieur à 60 km/h Entre 527€ et 2108€ Entre 531€ et 2125€
Excès de vitesse supérieur à 60 km/h Entre 821€ et 3287€ Entre 828€ et 3313€

Pour connaître tous les montants des amendes : https://www.poliziadistato.it/articolo/view/37102/.

L’alcoolémie

Chez les jeunes conducteurs, l’alcool est totalement interdit. Il est toléré jusqu’à 0,5 g/l pour les autres conducteurs.

Les équipements obligatoires

Dans les véhicules, on doit avoir un gilet réfléchissant par personne. On doit également posséder un triangle. En hiver, dans certaines régions, les pneus hiver et les chaînes sont obligatoires. Il est aussi conseillé d’avoir une roue de secours ou une bombe anti-crevaison.

Le stationnement en Italie

Pour éviter les problèmes en Italie, il vaut mieux se garer dans des emplacements avec un marquage au sol ou alors dans des parkings. Des places avec un marquage au sol de couleur blanche signifient que ces emplacements sont gratuits. En revanche, si le marquage au sol est de couleur bleue, cela signifie que ces places sont payantes (ce ne sont pas des zones bleues avec disques comme en France). Pour payer, il existe des horodateurs. Enfin, lorsque l’on voit du marquage au sol de couleur jaune, cela veut dire que les places sont réservées aux professionnels (transporteurs, transports publics…).

stationnement en italie

Se garer dans le centre-ville est souvent réglementé aux résidents et détenteurs d’une carte spéciale. Il est ainsi interdit de laisser son véhicule dans les ZTL.

Faire (très) attention aux ZTL

Lorsque l’on conduit en Italie, il faut faire attention à ne pas se faire piéger par les ZTL (zones à trafic limité). Et parfois, ces panneaux sont peu repérables… D’autres fois, ils se trouvent même dans des voies à sens unique. Ainsi, dans plusieurs villes italiennes (Florence, Milan, Pise, Rome, Turin…), seuls les habitants de la commune, les scooters et les personnes à mobilité réduite peuvent rouler dans ces secteurs. Il s’agit à chaque fois du centre-ville ou du centre historique. Les véhicules extérieurs n’ayant pas de permis d’accès payant sont interdits dans ces zones qui sont contrôlées par vidéosurveillance. Et si l’on entre dans ces zones sans permis d’accès, une amende nous est directement envoyée à notre domicile (si l’on habite en France). Les amendes les plus basses se situent aux alentours de 100 €. Comptez plusieurs centaines d’euros pour les plus chères. A noter que chaque passage non autorisé équivaut à une amende !

Pour cette raison, si votre hôtel ou votre Airbnb se trouve à l’intérieur d’une ZTL, renseignez-vous bien afin de connaître les heures sans restriction (lorsqu’elles existent) ou pour obtenir d’une autorisation temporaire de circulation.

DSC_0504

Les péages d’autoroute

Comme en France, les autoroutes sont payantes en Italie. Aux péages, on peut payer en espèces, par carte bancaire ou avec un badge Telepass. Pour commander ce badge, direction www.telepass.com/en/private-owners.

Infos bonus

Pour connaître les prix des péages avant de faire un voyage en Italie, on peut se rendre sur le site www.autostrade.it/en/home.

Les options non indispensables pour louer une voiture en Italie

Louer une voiture en Italie est équivalent à louer une voiture aux USA. Comme je l’ai écrit plus haut, le permis de conduire français suffit pour conduire en Italie. La plupart des agences de location exigent un âge minimum de 21 ans pour pouvoir louer une voiture, mais certaines acceptent dès 18 ans, avec un supplément.

Il faut faire attention à ne pas accepter des options qui ne nous servirons pas. Dans la plupart des forfaits téléphoniques, nous pouvons utiliser Internet sur notre smartphone à l’étranger (il faut se renseigner chez son opérateur pour connaître le nombre de gigaoctets que l’on peut utiliser en Italie). On peut ainsi utiliser le GPS sur son smartphone (via des applications comme Maps ou Wase) en Italie. D’autres frais supplémentaires peuvent être réclamés : ne pas ramener le véhicule loué dans la même agence, des assurances, un kilométrage qui n’est pas illimité… Autre conseil sensé : il vaut mieux prendre son temps et comparer les différentes offres avant de louer une voiture en Italie.

4 réflexions sur “Conduire en Italie : tout ce qu’il faut savoir

  1. jacques

    Bravo pour cet article fort instructif sur la conduite transalpine ! Beaucoup d’ informations utiles qui permettent de ne pas faire des dépenses inutiles! Merci pour tous ces renseignements bien étayés.

    J'aime

  2. Effectivement les Italiens conduisent assez brutalement et violemment 😂 on a été impressionné en Sicile !
    Pour les limites de vitesse, elles changent parfois tous les 50m sur l’autoroute on ne sait pour quelle raison 🤷🏻‍♀️ merci pour ces infos que je garderai en tête la prochaine fois que j’irai là bas !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s